Site-Az

Le Savoir, cette construction mentale individuelle

Partager

La délicate relation entre parents et enfants à l’adolescence

tâche des parents à l'adolescence

Lorsque leurs enfants se transforment en adolescents, la tâche des parents devient souvent difficile sinon pénible.

Les parents doivent accepter d’être contrariés et critiqués par leurs propres enfants. Les parents doivent également composer avec des adolescents qui réclament ardemment leur autonomie, parfois avant d’avoir la maturité nécessaire. Conséquemment, un grand nombre de pères et de mères aimeraient avoir de meilleures relations avec leurs adolescents. Voici des conseils pour atteindre cet objectif :

Écouter attentivement

❏ Votre adolescent a besoin que vous écoutiez ses histoires, ses préoccupations, ses plaintes, ses aspirations, etc. Laissez-le parler jusqu’au bout, sans le couper même si vous êtes agacé ou même totalement en désaccord avec ce qu’il exprime. Voici des conseils pour mieux écouter : Écouter l’autre.

Être ouvert aux questions

❏ Votre adolescent a besoin de réponses. En mentionnant clairement à celui-ci que vous êtes prêt à répondre à ses questions, vous ouvrez une porte qui le sécurisera dans sa relation avec vous. Et pour ne pas être surpris par un problème difficile, réfléchissez d’avance aux sujets qu’ils pourraient vouloir d’aborder, par exemple : relations amoureuses, première relation sexuelle, drogue, alcool, programme d’études.

Démontrer votre amour inconditionnel

❏ Bien qu’ils ne soient plus des enfants, les adolescents ont grandement besoin de se sentir aimés par leurs parents. Donc, une des meilleures choses que vous puissiez faire pour aider votre adolescent est de lui montrer par vos gestes et vos paroles que votre amour est inconditionnel. Même si votre jeune semble indifférent, sachez qu’il apprécie vos démonstrations d’affection. Il a entre autres besoin de savoir que vous l’aimez lorsqu’il fait des bêtises, lorsque vous êtes en désaccord et même lorsqu’il est impertinent. Il est à noter que vos démonstrations d’affection doivent être faites à l’abri des regards de ses amis. Ceci est très important, car autrement il pourrait être humilié. De plus, l’amour d’un parent pour son adolescent ne signifie pas que tout lui est permis. Au contraire, une bonne façon d’aimer son enfant implique d’imposer des limites raisonnables, et de les ajuster aux différentes circonstances et au temps qui passe.

Respecter sa vie privée

❏ Il est très important de respecter la vie privée de votre adolescent. Donc, ne partagez pas ses histoires personnelles sans sa permission. C’est à lui seulement de déterminer ce qui est confidentiel, ce n’est pas votre décision. En cas de doute, gardez le silence.

Lui donner sa chambre

❏ La disponibilité d’un espace sous le contrôle entier de votre adolescent est fondamentale pour le développement de son autonomie. Si possible, faites en sorte qu’il ait sa propre chambre. Il pourra s’y retrouver seul, prendre du temps pour lui et s’y construire en tant qu’individu.

Éviter les sermons excessifs

❏ Trop sermonner votre adolescent aura pour effet de l’éloigner émotivement de vous. Mais il est parfois nécessaire de réprimander nos enfants. Alors lorsque c’est le cas, exprimez votre point de vue et vos inquiétudes avec grand respect. Gardez en tête qu’il est normal qu’un adolescent veuille expérimenter différentes choses. De plus, évitez de lui raconter votre adolescence car pour lui c’était une autre époque et la situation actuelle est complètement différente.

Préparer les moments en famille

❏ Entre les activités sportives, les études, les amis, il ne reste plus beaucoup de temps pour les activités familiales avec votre adolescent. Il est donc important de préparer celles-ci pour les rendre aussi intéressantes que possible. Par exemple, avant une réunion familiale, rédiger grâce à Internet un quiz sur leurs émissions ou films préférés. Avant une balade en voiture, apprenez quelques bonnes blagues ou devinettes. Finalement, vous trouverez à l’adresse suivante des suggestions pour vous préparer à discuter avec votre jeune. Se préparer à une conversation avec un proche.

Encourager

❏ Sous la carapace de chaque adolescent se cache une jeune personne qui aspire à être soutenue et encouragée. Donc, récompensez les bons comportements de votre adolescent et surtout ne lui rappelez pas constamment ses erreurs. Nous aimons tous être soutenus et reconnus pour ce que nous sommes. Puisqu’il est très bénéfique d’être nous-mêmes encouragés, il est tout aussi bénéfique pour les autres de recevoir ce même soutien.

S’informer avant de décider et d’agir

❏ Avant de prendre une décision ou avant d’entamer une conversation sérieuse avec votre adolescent, assurez-vous de connaître suffisamment le sujet. Par exemple, si vous voulez parler de drogue avec votre jeune. Informez-vous sur les nouvelles drogues en vogue, leurs effets et les dommages qu’elles peuvent causer. Si vous voulez parler d’études avec votre jeune, informez-vous sur les programmes disponibles qui pourraient l’intéresser. Si vous voulez parler de contraception, informez-vous sur les différentes approches de contrôle des naissances, incluant les développements des dernières années à ce sujet.

Bien se positionner en tant que parent

❏ Les adolescents ont besoin de développer progressivement leur autonomie. Pour les parents, il est difficile de maintenir un juste équilibre entre être TROP PROCHES de leurs jeunes (ce qui est perçu par ceux-ci comme trop intrusif) et être TROP DISTANTS (ce qui est perçu comme un abandon). L’adolescent typique soumet ses parents à des demandes contradictoires il demande de pouvoir vivre des expériences nouvelles et en même temps, il ne veut pas pour l’instant quitter le bien-être que ses parents lui procurent. Il n’y a pas de solution simple à ce dilemme. Les parents d’adolescents doivent être constamment à l’écoute et s’adapter rapidement aux changements fréquents que vivent leurs enfants.

Dire non respectueusement

❏ Il est question ici de la réponse négative d’un parent à la demande d’un adolescent, par exemple refuser d’acheter un téléphone portable luxueux. Dire non avec respect consiste principalement à prendre tout le temps nécessaire pour expliquer clairement à votre jeune les raisons qui justifient votre refus. Faites en sorte qu’il comprenne que votre réponse négative n’est pas un abus de pouvoir, mais plutôt une décision que vous prenez avec une raison valable. Cette démarche permet à votre adolescent de mieux accepter votre réponse. Il est probable que votre jeune ignorera en apparence vos explications. Mais il est quand même nécessaire de mentionner pourquoi vous refusez, car votre adolescent appréciera d’être respecté même s’il n’est pas d’accord avec votre décision.

Être un bon exemple

❏ Votre comportement est d’une grande importance pour votre adolescent. En effet, l’exemplarité est un moyen efficace pour asseoir la légitimité de vos conseils et de règles de conduite. Il convient donc de vous comporter selon ce que vous enseignez à votre adolescent. Bien sûr, il ne vous imite plus comme lorsqu’il avait trois ans, mais il vous observe et il évalue votre façon d’agir. Avec le temps, il pourrait même adopter (peut-être inconsciemment) plusieurs de vos valeurs et comportements.

Parents sur la même longueur d’onde

❏ Pour le bien de votre adolescent, il est important de vous entendre avec votre conjoint sur ses règles de discipline, même si votre approche parentale est différente de celui-ci. Donc, négociez avec l’autre parent (au besoin avec d’autres personnes impliquées) pour définir les règles de discipline de votre adolescent. Celles-ci traitent typiquement d’heures de rentrée, de corvées, d’argent, etc. Après avoir obtenu un consensus, votre jeune devrait être impliqué pour avoir lui-même son mot à dire. Finalement, ces règles devront être mises à jour périodiquement, il vous faudra donc renégocier pour faire en sorte que les deux parents aient toujours la même approche de discipline.

Le respect et la discipline

❏ Le respect est indispensable pour maintenir une bonne relation avec les adolescents. Plusieurs parents se plaignent du manque de respect de leurs jeunes, mais eux sont-ils respectueux ? Il y a plusieurs façons de manquer de respect à son enfant, ne pas l’écouter, le harceler, hausser le ton indûment, ne pas tenir ses promesses, être insultant, etc. Faire preuve de respect n’implique aucunement de renoncer à son autorité. Au contraire, en exerçant respectueusement une autorité raisonnable, vous gagnerez une plus grande estime de votre jeune, même s’il donne l’impression du contraire pour l’instant. Il va de soi que l’exercice de l’autorité doit diminuer progressivement à mesure que l’adolescent approche de l’âge adulte.

Avoir des conversations intéressantes

❏ En tant que parent, c’est votre devoir d’entrer dans le monde de votre jeune pour faciliter la communication. Pour ce faire, familiarisez-vous avec les sujets qui le passionnent afin de pouvoir en parler. Par exemple, familiarisez-vous avec ses loisirs:

  • ses jeux vidéo,
  • sa musique,
  • ses émissions de télévision et films préférés,
  • ses sports, etc.

Communiquer efficacement

❏ À mesure que votre adolescent progresse vers l’âge adulte, il est normal qu’il établisse progressivement une distance entre lui et sa famille. Pendant cette période de changement, il est important plus que jamais de maintenir les voies de communication ouvertes.

S’adapter à la spontanéité de l’adolescent

❏ L’adolescent vit surtout dans l’impulsion. Mais contrairement à la majorité des adultes, il n’a pas encore appris à maîtriser ou à modérer sa spontanéité. Et ceci contribue à l’incompréhension entre les adolescents et les adultes. Par exemple, si un jeune ressent le besoin de parler à ses parents, il tentera de le faire immédiatement. Et il trouvera normal que ses parents soient disponibles sur le champ. Si vous êtes le parent d’adolescents, comprenez que ceux-ci vivent principalement dans le présent. Donc si possible, soyez disponibles lorsqu’ils en expriment le besoin. Ceci contribuera à améliorer votre relation avec eux.

Conseiller avec prudence

❏ Il est contre-productif d’accabler votre adolescent de conseils qu’il perçoit comme des réprimandes. Mais lorsque la situation s’y prête, un conseil bien choisi peut-être utile. Voici comment augmenter vos chances qu’il soit accepté par votre jeune :

  • Choisissez un moment propice. Évitez les conseils lorsque vous ou votre adolescent êtes stressés, fatigués ou de mauvaise humeur. De plus, avant de procéder, demandez à votre adolescent s’il est intéressé pour entendre une suggestion.
  • Présentez votre conseil comme votre point de vue, non pas comme la vérité absolue.
  • N’exigez pas de réponse et surtout ne lui demandez pas d’agir sur le champ.
  • Identifiez les réponses et objections que votre adolescent pourrait avoir. Et trouver d’avance comment répondre adéquatement à celles-ci.
  • Expliquez simplement votre point de vue et ne vous enlisez pas dans un débat pour avoir raison.

Réfléchir avant de parler

❏ Combien de relations ont été envenimées simplement par quelques mots inappropriés ? Par exemple, lors d’une dispute avec votre adolescent, vous laissez échapper par inadvertance quelques mots offensants. Et celui-ci s’en offusque sévèrement. Alors, ça y est, vous avez peut-être empoisonné la relation avec votre jeune pour un bon moment. Il est donc avantageux d’être attentif à nos paroles afin de ne pas blesser les gens, surtout lors des disputes.

Avoir des discussions sérieuses

❏ De temps à autre, il sera nécessaire d’avoir une discussion sérieuse avec votre adolescent, par exemple pour discuter de ses études. Les disputes inutiles peuvent avoir des conséquences très néfastes. En particulier, le stress associé à celles-ci a tendance à se prolonger c’est-à-dire que cette tension peut nous poursuivre malgré nous pendant des heures, parfois même pendant plusieurs jours. Il est vraiment désagréable de ressasser ainsi involontairement une dispute inutile qui aurait pu être évitée. La paix d’esprit vaut bien plus que l’objectif souvent futile de convaincre à tout prix notre interlocuteur. Voici des conseils pour cette situation délicate.:

  • Choisissez un moment où vous avez tous les deux suffisamment de temps libre, si possible sans interruption.
  • Au début de la conversation, demandez à votre adolescent s’il est d’accord pour discuter du sujet en question.
  • Si le sujet est confidentiel, choisissez un endroit où vous êtes seuls avec votre jeune.
  • Exprimez-vous aussi clairement que possible, sans sous-entendus.
  • Ne pas lui parlez comme si vous parleriez à un enfant. Rien n’est plus irritant pour un adolescent.
  • Évitez les longs discours. De toute façon, l’adolescent typique cesse d’écouter après un certain temps.
  • N’abordez qu’un sujet important par conversation.
  • S’il est question de discipline, n’établissez pas de règles que vous ne pourrez respecter vous-même.
  • Ne contestez pas la façon de voir les choses de votre adolescent. Exprimez plutôt calmement les raisons qui justifient votre position.
  • Les discussions sérieuses ont parfois l’effet indésirable d’attiser les désaccords.

Opinions extrémistes et offensantes

❏ Plusieurs adolescents expriment des opinions extrémistes, qui sont parfois choquantes ou même insultantes pour leurs parents. Si c’est le cas de votre jeune, voici comment aborder cette situation :

  • Dédramatiser
    Souvenez-vous des opinions que vous aviez à son âge et comparez celles-ci avec vos positions actuelles. Tout comme vous autrefois, votre jeune a besoin de confronter ses idées pour forger son jugement. C’est une phase saine et nécessaire de son développement. Il est fort probable que ses opinions extrémistes s’adouciront par elles-mêmes avec le temps, tout comme ce fut probablement le cas pour vous. Alors dédramatisez.
  • Respecter le point de vue de votre adolescent
    N’imposez pas votre façon de voir les choses de parents à votre adolescent. Il a le droit d’avoir des idées différentes des vôtres. Plutôt, écoutez-le attentivement. Il pourrait peut-être faire évoluer vos opinions. Par ailleurs, il est important de noter que ceci ne vous empêche aucunement d’appliquer une discipline raisonnable à son égard.
  • Démontrer votre amour malgré les divergences d’opinions
    Au besoin, expliquez à votre adolescent que votre amour pour lui ne dépend aucunement de ses prises de position. Il peut donc sans conséquence avoir ses propres opinions différentes des vôtres.

Être un parent aidant

❏Dans certaines circonstances, il devient inutile d’essayer davantage de convaincre, car nos arguments n’ont plus aucun effet. Il est alors important d’avoir une bonne relation avec notre adolescent, afin de garder une certaine influence sur lui. Mais comment s’y prendre ? En nourrissant son attachement envers nous en tant que parents. Pour ce faire, il faut être très disponible, lui donner beaucoup de temps et être généralement un parent aidant.

Renoncer à être un parent parfait

❏ Il est impossible d’être un parent parfait. Ce serait même dramatique de croire que c’est possible, car vous seriez alors trop sûr de vous et trop strict dans votre attitude. Donc être un bon parent pour un adolescent implique d’accepter de faire des erreurs de temps à autre. Lorsque nous sommes fautifs, mieux vaut simplement l’avouer à notre adolescent en lui disant par exemple : « J’essaie de faire de mon mieux pour ton bien. Mais, j’ai fait une erreur, je le reconnais… » Aux yeux de votre jeune, vous devenez alors un être humain qui fait des efforts sans être parfait, tout comme lui.

Demander l’aide d’un professionnel, si nécessaire.

❏ Si votre adolescent a un problème sérieux, pour toutes sortes de raisons il pourrait ne pas vouloir se confier à vous ou à un autre membre de la famille. Alors un psychologue certifié peut constituer une bonne solution alternative. Parlez à votre adolescent de cette possibilité. Mentionnez les avantages de rencontrer un psychologue, puisque les psychologues ont des spécialités, choisissez-en un qui puisse répondre aux besoins aux exacts de votre adolescent. voici des exemples :

  • Être accompagné pour régler un problème difficile.
  • Avoir une meilleure compréhension d’un problème.
  • Être écouté en toute confidentialité par une personne objective.

Les paragraphes suivants traitent de la gestion des conflits entre parents et adolescents.

Conflit : choisir ses batailles

❏ Avant de vous laisser entraîner dans un conflit avec votre adolescent, assurez-vous d’avoir une bonne raison de le faire. Si le sujet du litige n’en vaut pas vraiment la peine, laissez tomber. Par exemple, si vous n’aimez pas la couleur ou la longueur des cheveux de votre adolescent, n’en parlez simplement pas. Gardez plutôt votre crédibilité et votre énergie pour des sujets importants, par exemple : absences à l’école, heures tardives de retour à la maison, consommation de drogues.

Conflit : gérer les provocations

❏ Lorsque leurs enfants deviennent adolescents, plusieurs parents sont surpris de les voir devenir insolents à leur égard. Et ils ne savent pas comment se comporter dans cette situation. En tant que parent, il importe d’être tempéré pour maintenir une bonne relation avec votre jeune. Faites preuve de patience, de compréhension et de disponibilité. Gardez en tête que votre adolescent n’exprime pas ses sentiments à la manière d’un adulte. Si vous jugez qu’il est nécessaire de répondre à une provocation, prenez tout le temps nécessaire pour vous exprimer sans l’offencer.

Conflit : donner de l’espace à votre adolescent

❏ Si votre jeune est en colère, il a peut-être besoin de temps pour réfléchir. Le fait qu’il s’enferme momentanément dans sa chambre n’est pas forcément une mauvaise chose. N’en soyez pas offensé. Par ailleurs, si vous insistez pour qu’il vous demande des excuses alors qu’il est encore en colère, vous ne ferez qu’aggraver la situation. Faites preuve d’indulgence, attendez qu’il soit calmé (au moins un peu) pour lui adresser la parole.

Conflit : garder votre calme

❏ Être le parent d’un adolescent implique d’être confronté à des crises de temps à autre, une fugue par exemple. Lorsque la tention monte soudainement, il est impératif en tant qu’adulte de rester pondéré. Sinon votre attitude, vos questions et votre ton de voix auront pour effet de mettre votre adolescent sur la défensive. Voici des suggestions qui vous aideront à rester calme lors de crises :

  • Prendre de longues respirations profondes.
  • Prendre une brève pause dans la conversation, aller prendre un verre d’eau ou aller à la salle de bains.
  • Boire lentement un verre d’eau.
  • Marcher lentement dans la pièce en comptant vos respirations.
  • Fredonner une chanson, silencieusement dans votre tête si vous n’êtes pas seul.
  • Focaliser temporairement votre esprit sur autre chose. Faire une activité qui occupera vos pensées.
  • Se souvenir que malgré la crise, vous aimez votre adolescent et il vous aime.

Conflit : provoquer la réconciliation

❏ Presque que tous les adolescents ont tôt ou tard des conflits importants avec leur père ou leur mère. Lorsque c’est le cas, c’est votre rôle en tant que parent de faire preuve de maturité et de faire le nécessaire pour bien gérer ou mettre fin au conflit.

Conflit : être diplomate

❏ Lors d’un conflit, nos paroles sont parfois mal interprétées parce que l’atmosphère est porteuse d’une charge émotive. Conséquemment, il est avantageux de faire preuve de diplomatie afin de ne pas dire des choses regrettables. En particulier, soyez très prudent si vous tentez de faire de l’humour. Lorsque la situation est tendue une blague, normalement sans conséquence, peut être mal interprétée.

Conclusion
Efforcez-vous d’avoir une perspective à long terme dans la relation avec votre jeune. Ceci vous aidera lors des moments difficiles. L’adolescence n’est qu’un passage nécessaire vers l’âge adulte. Cette phase se terminera un jour et vous deviendrez alors le parent d’un adulte avec lequel vous aurez conservé une bonne relation.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.