Site-Az

Le Savoir, cette construction mentale individuelle

Partager

Enfants : féliciter juste pour le plaisir de féliciter son enfant ne sert pas à grand-chose

Enfant - decision

Pour le développement de l’enfant, le féliciter pour ses choix et son attitude serait plus bénéfique que des encouragements « gratuits ». Il est évident qu’encourager son enfant a bien un impact sur la façon dont le futur adulte va se construire et avancer dans la vie.

Des chercheurs de l’University of Chicago et de la Stanford University en sont parvenus à cette conclusion en étudiant les relations mère-fils pendant des années. C’est la première fois qu’une étude s’intéresse à l’éloge sur le développement de l’enfant. Les résultats de l’enquête sont parus dans la revue Child Development en 2013.

Principal enseignement, féliciter juste pour le plaisir de féliciter ne sert pas à grand-chose. Certains compliments vont plus aider l’enfant à réussir sa vie. Ainsi le féliciter parce qu’il a fait une bonne action ou s’est bien comporté dans une situation donnée le rendrait solide pour affronter les situations difficiles les années qui suivent. Ces encouragements basés sur des actions apporteraient plus à l’enfant que les encouragements uniquement basés sur les qualités de la personne. Autrement dit, il vaut mieux dire ” Tu as fait un bon travail” qui met l’emphase sur les efforts entrepris, que des phrases du genre “tu es un bon garçon” ou encore « tu es un garçon intelligent ».Des encouragements mérités

« Louer les efforts, les actions et le travail accomplis par l’enfant lui est beaucoup plus profitable sur le long terme en lui donnant envie de travailler dur plus tard », explique Elizabeth Gunderson, professeur de psychologie à la Temple University à Philadelphie co-auteure de l’étude. On reconnaît bien là l’esprit méritocratique américain qui valorise avant tout la combativité et la compétitivité. Mais est-ce la même chose en France ?

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.